LES COULOIRS DE LA VIOLENCE AMOUREUSE

La Table de concertation pour contrer la violence faite aux femmes en Haute-Yamaska a lancé avec sa nouvelle porte-parole, l’artiste Claudia Bouvette, une deuxième édition pour : LES COULOIRS DE LA VIOLENCE AMOUREUSE. Pendant les mois de décembre 2017 et janvier 2018, les étudiants de 4e et 5e secondaire du territoire seront invités à entrer dans le labyrinthe multimédia de 12 mètres par 8 mètres. Ils évolueront et découvriront des signes précurseurs de la violence amoureuse, son cycle, son évolution, les conséquences possibles de cette violence et les façons de s’en sortir. Ce sont 1675 adolescents principalement de la Haute-Yamaska  qui sont attendus.Couloirs

C’est à nouveau en direct du centre Jean-Paul Régimbal de Granby que l’outil de prévention s’animera. En effet, ce sont plus d’une quarantaine d’animateurs et d’animatrices en comptant la présence de policiers sur place qui feront faire la visite des couloirs de la violence aux étudiants. Présentant de façon très réaliste la vie de couple de jeunes de leur âge, les étudiants sauront reconnaître une relation toxique grâce aux vidéos, effets spéciaux et reconstitutions de décors. Le but ultime : prévenir et diminuer les cas de violence conjugale dès l’adolescence.

La mise en place de ce projet vient répondre à plusieurs objectifs de la Table de concertation pour contrer la violence faite aux femmes. Concrètement, la visite des couloirs veut sensibiliser l’ensemble des élèves aux signes précurseurs de la violence amoureuse et à son cycle, outiller les jeunes afin qu’ils reconnaissent la manifestation des différents types de violence et de ses impacts, donner aux jeunes des outils afin qu’ils puissent vivre des relations amoureuses harmonieuses, basées sur le respect et l’égalité et finalement fournir aux jeunes victimes ou agresseurs une référence vers les groupes d’aide disponibles et les amener à recourir aux moyens proposés pour s’en sortir. L’activité en janvier 2016, avait  rejoint  788 jeunes de 4e secondaire de cinq écoles : Haute-Ville,  Joseph-Hermas-Leclerc, Mont-Sacré-Cœur et Verbe Divin, toutes quatre de Granby, en plus de l’école Wilfrid-Léger de Waterloo. Pour la seconde mouture s’ajoutent à ces dernières le 5e secondaire y compris pour le Collège Servite de Ayer’s Cliff près de Magog ainsi que quelques étudiants du Centre régional intégré de formation à Granby. C’est plus du double de visiteurs qu’à la première édition.

Une porte-parole proche des adolescent(e)s et de leurs préoccupations

La voix d’une artiste bien aimée des jeunes se joint à celle de La Table de concertation pour contrer la violence faite aux femmes en Haute-Yamaska. Native de la région, Claudia Bouvette, incite les étudiants de 4e et 5e secondaires des écoles invitées à vivre l’expérience des Couloirs de la violence amoureuse et dénoncer toutes formes de violence. « Récemment, mon personnage dans l’émission Jérémie à VRAK a vécu ce genre de situation et j’ai tout de suite accepté le rôle de porte-parole pour renforcer le message à passer : Tolérance zéro face à la violence amoureuse et conjugale. C’est essentiel pour moi de m’impliquer ayant déjà vécu une autre forme d’intimidation. »

La Table de concertation pour contrer la violence faite aux femmes en Haute-Yamaska lance aujourd’hui avec sa nouvelle porte-parole, l’artiste Claudia Bouvette, une deuxième édition pour : LES COULOIRS DE LA VIOLENCE AMOUREUSE. Pendant les mois de décembre 2017 et janvier 2018, les étudiants de 4e et 5e secondaire du territoire seront invités à entrer dans le labyrinthe multimédia de 12 mètres par 8 mètres. Ils évolueront et découvriront des signes précurseurs de la violence amoureuse, son cycle, son évolution, les conséquences possibles de cette violence et les façons de s’en sortir. Ce sont 1675 adolescents principalement de la Haute-Yamaska  qui sont attendus.

 

C’est à nouveau en direct du centre Jean-Paul Régimbal de Granby que l’outil de prévention s’animera. En effet, ce sont plus d’une quarantaine d’animateurs et d’animatrices en comptant la présence de policiers sur place qui feront faire la visite des couloirs de la violence aux étudiants. Présentant de façon très réaliste la vie de couple de jeunes de leur âge, les étudiants sauront reconnaître une relation toxique grâce aux vidéos, effets spéciaux et reconstitutions de décors. Le but ultime : prévenir et diminuer les cas de violence conjugale dès l’adolescence.

 

La mise en place de ce projet vient répondre à plusieurs objectifs de la Table de concertation pour contrer la violence faite aux femmes. Concrètement, la visite des couloirs veut sensibiliser l’ensemble des élèves aux signes précurseurs de la violence amoureuse et à son cycle, outiller les jeunes afin qu’ils reconnaissent la manifestation des différents types de violence et de ses impacts, donner aux jeunes des outils afin qu’ils puissent vivre des relations amoureuses harmonieuses, basées sur le respect et l’égalité et finalement fournir aux jeunes victimes ou agresseurs une référence vers les groupes d’aide disponibles et les amener à recourir aux moyens proposés pour s’en sortir. L’activité en janvier 2016, avait  rejoint  788 jeunes de 4e secondaire de cinq écoles : Haute-Ville,  Joseph-Hermas-Leclerc, Mont-Sacré-Cœur et Verbe Divin, toutes quatre de Granby, en plus de l’école Wilfrid-Léger de Waterloo. Pour la seconde mouture s’ajoutent à ces dernières le 5e secondaire y compris pour le Collège Servite de Ayer’s Cliff près de Magog ainsi que quelques étudiants du Centre régional intégré de formation à Granby. C’est plus du double de visiteurs qu’à la première édition.

Conçu au Saguenay Lac St Jean en 2008 et de façon à pouvoir circuler dans toutes les écoles du Québec, le labyrinthe avait été initié par La Sûreté du Québec, la Commission scolaire du Lac-Saint-Jean et la maison d’hébergement La Passerelle. On mentionnait déjà en 2008 que des organismes du milieu ont pu observer que des jeunes sont passés à l’action peu après leur visite, alors que cela peut prendre des années avant d’obtenir des résultats significatifs dans la dénonciation de cas de violence amoureuse. Les organisateurs de la version Haute-Yamaska souhaitait que cet effet positif se reproduise ici. Effectivement,  les jeunes qui ont visité les couloirs  l’année dernière en sont sortis davantage informé et plus outillé pour en parler, pour soutenir une amie ou un ami qui vit ce genre de relation.

Une porte-parole proche des adolescent(e)s et de leurs préoccupations

La voix d’une artiste bien aimée des jeunes se joint à celle de La Table de concertation pour contrer la violence faite aux femmes en Haute-Yamaska. Native de la région, Claudia Bouvette, incite les étudiants de 4e et 5e secondaires des écoles invitées à vivre l’expérience des Couloirs de la violence amoureuse et dénoncer toutes formes de violence. « Récemment, mon personnage dans l’émission Jérémie à VRAK a vécu ce genre de situation et j’ai tout de suite accepté le rôle de porte-parole pour renforcer le message à passer : Tolérance zéro face à la violence amoureuse et conjugale. C’est essentiel pour moi de m’impliquer ayant déjà vécu une autre forme d’intimidation. »

Originaire de Bromont, Claudia Bouvette âgée de 22 ans, est une artiste de talent qui fait sa place à sa manière à travers ses passions : l’art dramatique, le chant et la danse. Sa voix magnifique, son authenticité et sa joie de vivre ont déjà réussi à en toucher plus d’un au cours des dernières années. Suite à son aventure dans Mixmania 2 en 2012 qui se termine avec une tournée, Claudia gagne le cœur de plusieurs jeunes au Québec. Après des spectacles et la comédie musicale Annie, elle passe une première audition pour la télé et obtient le rôle. Elle ne lâchera plus le petit écran; tantôt comme invité, mais souvent comme comédienne pour les émissions 30 vies, Subito Texto, et Jérémie dans laquelle elle a reçu une nomination aux Gémeaux pour meilleur rôle de soutien féminin jeunesse cette année dans la peau de Raphaëlle. Entre les tournages, c’est la musique qui prend le dessus chez la multi-instrumentiste puisqu’elle en mange depuis qu’elle a 6 ans. En février 2016 elle offre sa première chanson originale « What I Wanna Say » accompagnée de son clip. L’auteure-compositrice-interprète caresse toujours le rêve de sortir son premier album mais 2017 avait d’autres projets pour elle : son baptême du cinéma. Le long-métrage réalisé par Sophie Lorrain De l’amour pour Noël sortira dans les prochains mois.

Crédit Photo : Rupert Lamontagne

Porte-parole

La Table de concertation pour contrer la violence faite aux femmes se concentre de manière collective, sur des objectifs communs centrés sur les thèmes suivants :
Se doter d’un langage et d’une vision commune de la problématique de la violence faite aux femmes.La Table de concertation pour contrer la violence faite aux femmes se concentre de manière collective, sur des objectifs communs centrés sur les thèmes suivants :

  • Assurer la sécurité des femmes victimes de violence par l’offre de services sur le territoire de la Haute-Yamaska.
  • Améliorer la prévention de la violence faite aux femmes.
  • Se doter de structures qui permettent la mise en place de services, de formations et d’activités de sensibilisation afin d’améliorer les interventions auprès des femmes.
  • Assurer la référence aux services d’aide psychosociale des femmes et leurs enfants victimes de violence aux ressources appropriées par un protocole de référence.

Les partenaires de La Table sont : Le Centre de femmes Entr’elles, le CALACS de Granby, la Maison Alice-Desmarais, la Maison d’accueil Le Joins-Toi Inc. , la Ressource pour hommes de la Haute-Yamaska, la Sûreté du Québec MRC Haute-Yamaska , le Service de police de Granby, le Service de police de Bromont, le C.A.V.A.C de l’Estrie, le CIUSSS Estrie-CHUS, la Direction des Services professionnels correctionnels et les services correctionnels du Canada.