Valeurs et élections – 13 avril 2011

Valeurs et élections
Publié le 13 avril 2011 à 05h00 | Mis à jour le 13 avril 2011 à 05h00
La Voix de l’Est

Depuis quelques semaines, nous nous retrouvons en campagne électorale fédérale. Certains estiment que cette élection est totalement inutile. Est-ce vraiment le cas? En effet, la participation à un scrutin permet de se prononcer sur un type de projet de société plutôt qu’un autre. Or, à cette campagne-ci, la position des divers partis en lice face aux enjeux majeurs est plus contrastée que lors des élections précédentes. Par conséquent, il ne semble pas que ces élections s’avèrent inutiles!

Devant la pluralité des possibilités, comment est-il possible de parvenir à un choix? Une piste consisterait à se fonder sur des valeurs qui nous tiennent à coeur et d’évaluer les propositions des partis en fonction de ces normes éthiques. Or depuis un an, la Corporation de développement communautaire de la Haute-Yamaska en partenariat avec le Groupe actions solutions pauvreté (GASP) promeut trois valeurs qui apparaissent fondamentales pour les membres de ces deux groupes: la famille, l’environnement et l’entraide. Elles forgent le socle d’un projet qu’il est possible de qualifier d’humaniste et qui s’enracine dans une perspective de développement durable. Ces valeurs représentent une grille d’analyse de toute proposition économique, sociale et écologique.

La dimension écologique illustre bien cette approche. L’environnement n’est pas une «valeur ajoutée» à la société de marché. Au contraire, l’environnement constitue la condition primordiale et incontournable par laquelle peut se déployer l’économie. Sans des écosystèmes viables, toute vie est impossible. Il en est de même pour la famille. Selon une approche de développement durable, la famille forme un réseau de personnes. Ainsi, la société se compose de réseaux de réseaux à l’image des interrelations complexes d’un milieu biologique. Par conséquent, les diverses familles ne sont pas isolées les unes des autres; elles sont au coeur d’une toile sociale de vie.

Cette conception favorise une compréhension plus large de l’entraide. L’entraide traite ainsi non seulement de l’aide apportée d’une personne à une autre, mais également d’économie! L’entraide redéfinit les théories économiques classiques. Ces dernières postulent que l’individu constitue l’élément clé du moteur économique. Selon cette théorie, le bien de la communauté résulte de la somme des intérêts individuels. Or dans une optique d’entraide, l’économie accorde une place essentielle à la communauté. Elle cherche avant tout à maximiser le bien-être d’une communauté.

Ainsi, répondre aux besoins matériels et immatériels des personnes et des communautés devient le carburant de l’économie plutôt que de se fonder sur l’unique critère de la croissance. L’entraide vise alors à bonifier le processus de redistribution selon des principes d’équité sociale et environnementale. De plus, l’entraide encourage grandement la démocratie participative. Comme on peut le constater, la notion d’entraide ne se limite nullement à la philanthropie, mais comporte des éléments qui réaménagent la structure économique actuelle en mettant en relief l’importance d’une accessibilité universelle.

Les trois valeurs, l’environnement, les familles et l’entraide telle que décrite ci-dessus guident l’élaboration d’une grille d’analyse des divers enjeux présents au sein de cette campagne électorale. Nous souhaitons simplement présenter une grille d’analyse, parmi d’autres, à nos concitoyennes et concitoyens.

Sylvain Dupont, pour le comité d’analyse politique CDC/GASP de la Haute-Yamaska

Source :
www.lapresse.ca/la-voix-de-lest/opinions/courrier-des-lecteurs/201104/12/01-4389184-valeurs-et-elections.php